"Tels", album hommage à Alain Bashung.

"Tels", album hommage à Alain Bashung.

Avant de s'auto-saborder, le groupe de Bertrand Cantat avait enregistré une reprise de Bashung

Ce morceau, "Aucun Express", ouvre l'album hommage de la jeune garde française à Alain Bashung, sorti mardi 26 avril.

Ce titre était pour Noir Désir "une obsession", explique Denis Barthe. "A l'époque où nous avons repris "Volontaire" avec Alain, "Aucun Express" était déjà dans la balance".


"Bashung a toujours eu une place à part dans nos vies", se souvient le batteur du groupe bordelais. "On a croisé son chemin en tant que fans dans les années 80. Des disques comme "Play Blessures" ou le "Live 85" étaient pour nous des références absolues, à nos débuts! Et puis, nous avons eu la chance de découvrir l'homme au-delà de l'artiste".

"Aucun Express" revisité par Noir Désir


Baptisée "Tels", la compilation-hommage à Bashung présente 12 reprises signées Gaëtan Roussel, Vanessa Paradis, -M-, Benjamin Biolay, Keren Ann, Christophe, Raphaël, Keren Ann, BB Brunes, Miossec et Stéphane Eicher.

Dans le numéro de février du magazine Serge, Gaëtan Roussel, Benjamin Biolay et Raphaël racontaient leur travail sur ce disque.

"Génération Bashung" dans Serge numéro 3Benjamin Biolay: "Bashung se servait vraiment de sa voix comme d’un instrument en or massif. Il pouvait chanter de l’opérette, ou imiter Otis Redding, parfois il s’imitait lui même. Il était malin. C’est ce qui est flippant quand on reprend Bashung, c’est que tu entends ta voix et tu as l’impression que tu l’imites. Moi j’ai choisi “Ma petite entreprise” que j’ai transformé en quelque chose d’assez halluciné, de déstructuré. Il a fallu que je la chante beaucoup pour oublier sa voix. Une fois que j’ai maîtrisé la chanson, je n’ai plus jamais écouté l’original."

Gaëtan Roussel: "J’ai hésité entre deux chansons qui sont très différentes :  "J’passe pour une caravane" et "SOS  Amor". J’ai finalement opté pour la première. Je me promène ailleurs musicalement. C’est un plaisir qui n’est pas simple de chanter des trucs comme ça. J’aurais eu envie d’aller vers Play Blessures aussi.

Raphaël: "Je voulais reprendre "J’passe pour une caravane" parce que c’est un peu mon truc les caravanes ! (rires). Mais Gaetan l’avait déjà choisi  donc on m’a proposé "L’Apiculteur". C’est une chanson que j’ai toujours aimé, j’ai fait une version acoustique sur une guitare nylon désaccordée avec le téléphone qui sonne en même temps. Ce qui m’impressionne le plus dans ses interprétations c’est comment il ralenti ou il accèlere. C’est le maître du temps."

A la question "comment définiriez-vous l'héritage Bashung ?", ils répondaient:
Benjamin Biolay: "L'exigence"
Gaëtan Roussel: "Oui, c'est un très bon terme"
Raphaël: "Le saut dans le vide, le risque"
Benjamin Biolay: "Ne jamais rien lâcher."

Lire aussi:
>> Alain Bashung, la mort d'un très grand cliquez ici