Arzu Kaprol AH10/11 - Deniz Mercan AH10/11

Arzu Kaprol AH10/11 - Deniz Mercan AH10/11

Voir toutes les photos

Istanbul souhaite devenir une des nouvelles capitales internationales de la mode

Si Paris, Londres, Milan et New York constituent incontestablement les 4 capitales fashion par excellence, d'autres villes tentent d'égaler ces podiums bien installés, Istanbul - au même titre que Barcelone, Lisbonne, Athènes, Chypre et Berlin, entre autres -souhaite ainsi rejoindre le quator de tête.

Pour sa deuxième édition (du 3 au 6 février 2010), la Semaine de la mode d'Istanbul (IFW) voulait prouver que la métropole turque peut devenir une des capitales mondiales du prêt-à-porter.

L'industrie textile turque, quatrième productrice mondiale de vêtements, a misé depuis plusieurs années sur le développement de la qualité de ses produits et sur sa proximité avec les marchés européens pour maintenir son rang. Le volume de ses exportations - textile, confection et cuir confondus - a continué de progresser jusqu'en 2008 (23,9 milliards de dollars) malgré la suppression mondiale en 2005 des quotas d'importations sur les produits chinois, avant de plonger avec la crise globale en 2009 (19,9 milliards). Elle entend franchir un nouveau palier en imposant ses créateurs sur la scène internationale.

"Notre objectif est de faire d'Istanbul une des cinq villes mondiales de la mode d'ici 2023, l'année du centenaire de la république turque", a déclaré lors de l'ouverture de l'IFW, Hikmet Tanriverdi, président de l'Union des exportateurs de prêt-à-porter et de confection d'Istanbul. "Actuellement, la production des marques de luxe européennes se fait en Turquie. Parfois ce sont des collections entières qui sont préparées ici (...) Nos efforts aujourd'hui ont pour but de faire reconnaître nos marques en Europe et de montrer que la Turquie crée de la mode", a affirmé M. Tanriverdi à l'AFP.

Pour atteindre ses objectifs, la Turquie a su mettre en place les infrastructures nécessaires, assure la créatrice turque Mehtap Elaidi. "Nous avons une vingtaine d'universités qui disposent de facultés de design, c'est un nombre très conséquent, et il y a un grand intérêt pour la mode et la création", affirme-t-elle.

Pour les professionnels internationaux rencontrés lors de cette 2ème édition de l'IFW - 200 d'entre eux étaient attendus en provenance de 18 pays. "Si l'ambition est de conquérir le marché européen, il y a encore du chemin à faire", commente Anna Louisa Pessoa, propriétaire d'un show-room parisien. Tous s'accordent à reconnaître la vitalité de la création turque. "Lors de la première édition, j'avais été très étonnée par la qualité des défilés, des créateurs, du travail artistique de fabrication par rapport à d'autres fashion weeks internationales", déclare Sophie Guyot, directrice du salon parisien Who's Next. "Et là, j'ai l'impression que ça suit son cours." Donald Potard, agent artistique pour créateurs de mode, est venu à Istanbul pour observer les "frémissements" de la scène turque. Son constat est résolument positif: "La créativité existe partout, il faut juste qu'elle soit alliée à une excellente technique. Or, la technique, les  Turcs l'ont, car on sait qu'ils sont des maîtres tailleurs depuis longtemps",  affirme-t-il. "Ici, on est sur un mélange d'orient et d'occident, un peu une couture fusion, ça peut donner des choses nouvelles et intéressantes", poursuit-il. 

 

Les créateurs présents lors de cette deuxième édition, du 3 au 6 février 2010: Arzu Kaprol, Bahar Korçan, Deniz Mercan, Gamze Saracoglu, Hatice Hokce, Idli Tarzi, Mehtap Elaidi, Ozlem Suer, Hakan Yildirim, Simay Bubul, Ozlem Kaya, Ozgur Masur, Gunsell Turkay, Muge Ersin.  

DIAPORAMA des défilés de la deuxième édition de la Istanbul Fashion Week

La première fashion days du 26 au 29 août 2009

La première fashion avait été mise en place sous l'égide d'ITKIB (l'association des exportateurs trucs de prêt-à-porter et de textile) en collaboration avec l'Association des Créateurs de mode d'Istanbul et la récente Istanbul Fashion Academy.

Taskisla Campus

KOZA, concours pour les jeunes créateurs
Ces fashion days ont débuté avec la remise des prix du 18ème concours KOZA pour les jeunes créateurs turcs. Les 16 finalistes se sont disputés deux prix: celui pour les créateurs spécialisés dans le travail du cuir (2 gagnants: Gonca Hatipoğlu et Ece Akhravi Matin) et celui pour les collections de prêt-à-porter (3 gagnants: Pelin Işıldak, Mustafa Aydın et Şule Şimşek Yalçın.

Les gagnants du concours Koza

Ces fashion days réunissaient sur leurs podiums:

- Fashion Lab: une sélection de créateurs avec une variété de styles de l'urban chic aux tenues de soirée glamour. A mis chemin entre décontracté et couture, la plupart sont internationalement reconnus et ont déjà eu l’occasion de faire leurs preuves sur les salons et les podiums des capitales de la mode. Neuf des plus grands créateurs turcs ainsi que cinq jeunes créateurs sont montés sur le podium pour présenter leur collection :Arzu Kaprol, Bahar Korcan, Deniz Mercan, Gamze Saracoglu, Hatice Gökce, Idil Tarzi, Mehtap Elaidi, Özlem Süer, Hakan Yildirim, Simay Bülbül, Özlem Kaya, Özgür Masur, Günseli Türkay et Muge Ersin.
- Brandist: les marques les plus importantes de prêt-à-porter (Koton, Gizia, Que, Bng...).


Créateurs en lice lors de l'Istanbul Fashion Days

Mehtap ELAIDI (études au Collège Americain Robert College et études supérieures à l’Université du Bosphore) travaille pendant de longues années dans la logistique maritime. En 2000, elle ouvre sa première boutique à Istanbul. Elle propose son propre style, en utilisant ses coupes. En 2003, elle a ouvert sa 2ème boutique à Istanbul et s’ouvre à l’international. En 2008, elle crée sa 2ème marque Kaf’dan by Elaidi consacrée aux chemises blanches et noires et aux accessoires. Elle collabore depuis les trois dernieres saison avec le groupe Boyner et crée leur ligne grandes tailles Cotton Bar et une ligne pour leur marque de prêt-à-porter feminin PI. Mehtap ELAIDI fait partie de l’Association des Créateurs Turcs et participe depuis un an au Comité de direction. www.elaidi.net

Idil TARZI. Descendante d’une famille d’artistes, elle a goûté à tous les arts à travers son éducation. Après avoir été diplômée de la Central Saint Martin School à Londres, elle a voulu parfaire son éducation avec un Master à la Domus Academy de Milan. De retour en Turquie, elle a créé sa marque emprunte d’un chic intemporel, comme elle aime tant le dire. Elle travaille les coupes précises, les détails simples et la qualité. www.idiltarzi.com

Gamze SARACOGLU. Comme tout créateur turc accompli, elle a eu son heure de gloire à l’international. Diplômée de l’école de design de Parsons à New York, elle a commencé auprès de Donna Karan. Dès son retour en Turquie, elle a travaillé pour Beymen et Ipek Kramer puis a préféré perfectionner son éducation mode à la Central Saint Martin’s School de Londres. En 2004, elle crée sa propre marque de prêt-à-porter et cherche à offrir des pièces originales pour des gens extraordinaires. Les tissus de ses créations, elle les choisit à New York, Milan et Paris et son style vient, lui, des principes fondamentaux d’art qu’elle emprunte au passé. www.gamzesaracoglu.com

 

Hatice GOKCE. C'est la première créatrice turque à s’intéresser à la mode masculine. Son style très particulier lui à permis de gagner plusieurs prix en Turquie comme à l’étranger. En plus de ses collections décontractées et exclusives, la créatrice a participé à de nombreux projets de costumes pour le théâtre et la télévision. www.haticegokce.com
Arzu KAPROL. Après avoir fini ses études, elle crée sa propre collection en 1996. Son talent est reconnu par de nombreux magazines et institutions; ce qui lui a permis de gagner de multiples prix de mode. Elle a su prouver son ouverture à l’international lors de différents salons à Paris, Londres, Düsseldorf, Milan, Berlin ou encore New York. Elle base son travail et son succès sur sa passion pour la mode. Ses collections proches de la couture mêlent à la fois lignes perfectionnistes et coupes expertes.
www.arzukaprol.net
Deniz MERCAN. Forte de son expérience en Italie où elle a travaillé auprès des plus grands : Valentino, Armani… elle est rentrée en Turquie où elle a partagé son savoir et sa passion pour la mode. Son travail en tant que créatrice pour des marques telles que Fila, Slazenger, Arena ou Lee lui ont permis de développer son style. Elle aime travailler en mettant en avant la grâce et la sensualité des femmes ; en utilisant drapés, coupes architecturales et matériaux précieux.
Ozlem SUER. A la fois professeur à l’Université des Beaux Arts Mimar Sinan, consultante en mode et créatrice, c'est une femme polyvalente. Elle mélange les coupes modernes aux traditions du sur-mesure. Lignes claires, détails innovants et matières fluides procurent à ses collections un glamour incomparable. www.ozlemsuer.com

Hakan YILDIRIM. Véritable maitre du drapé, Hakan Yildirim créé ses robes tel des pliages d’origami japonaise. Il les signe de lignes pures et de couleurs délicates. Il est un des plus talentueux créateurs turcs et a su assoir sa réputation en Europe. Il a sa propre marque et travaille aussi pour les plus grandes marques turques. www.hakanyildirim.com

Bahar KORCAN. En commençant en tant qu’assistante chez VAKKO, elle a su faire sa place dans le monde de la mode et créer sa propre ligne. Son premier showroom, c’est à Paris qu’elle l’installe et  elle décide de présenter ses collections lors des défilés et des salons internationaux. Son style aux figures géométriques et coupes parfaites épouse la silhouette féminine.
www.baharkorcan.org

 

Les jeunes créateurs

Simay BULBUL. Elle a étudié en Angleterre, là où elle est aussi montée pour la première fois sur les podiums pour montrer sa collection. Elle base son travail sur des pièces vintage qu’elle transforme pour leur donner une nouvelle vie. Après un passage par Londres et les Pays Bas, elle décide de rentrer en Turquie où elle travaille avec les meilleures entreprises spécialisées dans le cuir. Elle présente sa nouvelle collection en donnant une nouvelle vision du cuir.

 
Özlem KAYA. Après ses études secondaires, Ozlem Kaya a travaillé avec Hakan Yildirim. En 2004, elle a lancé sa propre marque. Son style est caractérisé par des robes aux coupes ultra-féminines et des silhouettes presque nostalgiques. Elle s’inspire des muses du passé et de l’histoire de l’homme.  
 

Ozgur MASUR. Son style très sophistiqué, proche de la haute couture dessine des silhouettes architecturales. Il crée ses collections pour habiller les femmes et les hommes avec de tels détails que l’on croirait des pièces d’origami japonais. Il trouve ses tissus en Grèce, en Italie et essai de les choisir afin qu’ils reflètent son style et les codes de sa marque.

 
Gunseli TURKAY. Après des études à Ankara, Günseli Türkay a obtenu le diplôme de stylisme de l’Academia Italiana de Florence. Elle a commencé sa carrière chez MUDO dans le département mode masculine. Elle a ouvert son propre bureau de style sous le nom de PASAJ et compte aujourd’hui plusieurs marques internationales parmi ses clients. Sa collection printemps-été 2010 en collaboration avec l’artiste Ayse Kücük présente le thème « abstract graffiti ».  
Muge ERSIN. Créatrice de l’Atelier Yume (Atelier des rêves), elle propose une mode unique et individuelle. Ses vêtements peuvent être portés le jour comme le soir. Elle aime travailler le jersey, la soie et le cachemire et pare ses silhouettes de petits détails qui accentuent les formes. Sa collection mêle formes géométriques, broderies et coupes structurées.  

 

Créateurs renommés, jeunes marques, talents émergents, acheteurs et journalistes internationaux avaient rdv à l'Université d'Istanbul autour de 18 défilés du 26 au 29 août 2009. www.istanbulfashiondays.com/


La saison de la Turquie en France en 2009

Depuis le 1er juillet 2009 et jusqu'au 31 mars 2010, la Turquie est l’invitée de la France avec la Saison de la Turquie en France. Plus de 400 événements culturels, économiques et intellectuels permettent de découvrir l’effervescence, la jeunesse et la modernité de ce pays.

Préparée en collaboration par la Fondation d’Istanbul pour la Culture et les Arts (IKSV) et Culturesfrance, sous l’égide des Ministères des Affaires Etrangères et des Ministères de la Culture des deux pays, la Saison de la Turquie en France veut témoigner des liens historiques et vivants unissant la France et la Turquie, marqués par une amitié renouvelée remontant au XVIe siècle.

Faisant écho au succès du « Printemps Français » organisé dans différentes villes turques en 2006, cette Saison encourage les échanges et le tourisme culturel mais aussi les coopérations entre les institutions culturelles et artistiques et les organisations non gouvernementales turques et françaises. Elle veut favoriser les interactions à tous niveaux en vue de renforcer et de pérenniser le dialogue en matière de coopération éducative, scientifique et académique ainsi que dans le domaine économique.


Dotée d’une population parmi les plus jeunes et dynamiques du monde, la Turquie se définit par sa richesse patrimoniale et historique mais aussi par son dynamisme créatif, son évolution sociale et sa structure à multiples facettes. La programmation de la Saison de la Turquie en France vise à refléter toute la diversité de sa culture en soulignant la volonté de changement et d’ouverture d’une Turquie multidimensionnelle et à mettre en exergue l’apport de la Turquie à la culture européenne.

Des événements sont organisés comme des expositions patrimoniales, d’art contemporain, d’architecture et de photographie ; des spectacles de théâtre, de danse et d’arts de la rue ; des concerts de musique classique et contemporaine ; des événements célébrant le cinéma, des débats d’idées, des projets de coopération éducative et de nombreuses manifestations littéraires.

La Saison de la Turquie en France propose un volet économique avec de nombreuses manifestations impliquant des entreprises des deux pays. Enfin, souhaitant promouvoir les rencontres, les contacts, les discussions et des échanges plus prolongés, des débats d’idées et débats universitaires tenteront de faire le point sur les processus de démocratisation, les médias, le développement économique et social ou les enjeux géopolitiques qui se posent à la Turquie contemporaine.
www.saisondelaturquie.fr/saison-de-la-turquie-en-france.html


Des données économiques sur le pays

CHIFFRES-CLÉS 2007 :
Population (70 millions d'habitants), Emplois textile-habillement (890 000), Importations françaises textile-habillement en provenance de Turquie (1,1 milliard d'euros), Exportations françaises textile-habillement vers la Turquie (142 millions d'euros).


UN RALENTISSEMENT DE LA CROISSANCE…
Après une progression du Produit Intérieur Brut de 6,1 % en 2006, la croissance turque a décéléré en 2007. Lors de la crise financière du printemps 2006, la Banque centrale a remonté son taux directeur, ce qui a pesé sur la demande interne. Face à cette situation, la Banque centrale a décidé de desserrer son taux directeur au risque de laisser filer l'inflation. L'économie turque reste donc fragile, d'autant que le déficit extérieur risque de se creuser avec la hausse du prix du pétrole.

L'industrie textile turque se caractérise par une forte spécialisation cotonnière. La Turquie est le septième producteur mondial de coton, avec un volume de 875 000 tonnes en 2006 (3,4 % de la production mondiale).

PROGRÈS DE 17,5 % DE SES EXPORTATIONS TEXTILES
La production des filatures a totalisé 2 millions de tonnes, dont 54 % pour les filés de coton. La production des tissus de coton domine l'industrie du tissage, puisqu'elle a représenté 69 % des 2,4 milliards de mètres produits. La capacité de production des tissus maille a atteint 600 000 tonnes. Selon les statistiques de l'Organisation Mondiale du Commerce, la Turquie a exporté en 2006 l'équivalent de 7,6 milliards de dollars de textile, soit 3,5 % des exportations mondiales. En 2007, les exportations du secteur textile ont progressé à un rythme soutenu : + 17,5 % par rapport à 2006. Néanmoins, le sous secteur de la filature fait face à des difficultés en raison de l'accroissement des importations à bas prix en provenance d'Asie. Plusieurs entreprises ont été contraintes de réduire leurs capacités de production et certaines de cesser leur activité.

2ÈME FOURNISSEUR DE VÊTEMENTS MAILLE DE L'UE
Les points forts de l'offre turque concernent les produits en pur coton, notamment en maille. La Turquie était jusqu'en 2004 le premier fournisseur de l'UE en vêtements maille, avec une part de 21 % dans l'ensemble des approvisionnements de l'Union. Depuis 2005 et le démantèlement des quotas, c'est la Chine qui est le premier fournisseur de vêtements maille de l'UE. En 2007, la Turquie a totalisé 19 % des importations de vêtements maille des 27, soit 12 points de moins que la Chine. Depuis 1996, l'union douanière entre l'UE et la Turquie est entrée en vigueur, ce qui place le pays dans une situation avantageuse par rapport à ses concurrents. En outre, sa proximité géographique avec l'Europe a permis à la Turquie de développer son secteur textile-habillement, grâce notamment à la sous traitance pour le compte des donneurs d'ordres du vieux continent. Mais depuis quelques années, des confectionneurs sont parvenus à s'affranchir d'un rôle de sous traitant en constituant leurs propres collections.


EXPORTATIONS D'HABILLEMENT ONT PROGRESSÉ DE 15 % EN 2007
Les exportations d'habillement (vêtements maille et chaîne et trame) de la Turquie se sont élevées à 16 milliards de dollars en 2007, soit une progression de 14,8 % par rapport à 2006. Les exportations ont augmenté vers la majorité des pays clients, à l'exception des Etats-Unis, de la Bulgarie ou du Japon. Les livraisons destinées à l'UE (80 % du total des exportations) ont connu une croissance de 17 %. Le premier fournisseur d'habillement de la Turquie est la Chine, avec une part de 24 % en valeur dans l'ensemble des importations en 2007. Le deuxième pays fournisseur est l'Italie (17 %), suivi du Bangladesh (10 %), la France ne totalisant que 1 % des approvisionnements en 2007.


cliquez ici