Les métiers de la mode passionnent. A chacun de trouver l'école adaptée aux profils recherchés par les entreprises

La mode française constitue incontestablement une référence puisque l'hexagone est le berceau de couturiers mondialement reconnus. Aujourd'hui, c'est encore en France que l'on vient chercher une reconnaissance introuvable ailleurs et un enseignement qui s'efforce de conjuguer créativité, techniques traditionnelles et nouvelles technologies.

Jeune passionné(e) cherche école de mode

La mode française constitue une référence: c'est ici que l'on vient chercher une reconnaissance introuvable ailleurs

L'hexagone est le berceau de couturiers mondialement connus et reconnus : Coco Chanel, Christian Dior, Jean-Paul Gaultier, Christian Lacroix, Yves Saint-Laurent…

Dans l’hexagone comme à l’étranger, les cursus post-bac s’efforcent de conjuguer créativité, techniques traditionnelles et nouvelles technologies. A noter cependant que les lycées qui dispensent des formations pré-bac (CAP, BEP) ferment tous les uns après les autres. Dans l’Express Mag du 01/01/2005, Didier Grumbach, président de la Fédération française de la couture et du prêt-à-porter, affirmait que plusieurs écoles dispensent un enseignement de qualité en France, sans toutefois occuper une place clef sur l’échiquier de la mode. Mais dans le « Journal du Textile » du 25/02/2002, il ne manquait pas de dire qu’« il faut savoir tirer l’aiguille » car la modernisation des techniques ne doit pas escamoter le travail avec les doigts.

Les métiers de la mode passionnent mais face à l’internationalisation du secteur et à la concurrence féroce… les établissements doivent adapter leurs cursus aux profils recherchés par les entreprises. La profession se donne de nouvelles exigences mais il n’existe aucun type de reconnaissance officielle permettant de juger de leur sérieux. Les formations en stylisme et modélisme sont les plus courantes. Communication et marketing jouent les seconds rôles dans les formations.

Outre leurs nombreux points communs, les écoles n’en gardent pas moins leur individualité et leur identité propre. Mais pour toutes les écoles, la sélection demeure sévère et les effectifs des candidats -qui viennent du monde entier- toujours limités. Formation privée, publique, cours du soir, reconnue par l’Etat ou diplôme bénéficiant d’une homologation officielle, les écoles ont le même mode de fonctionnement : une formation (spécialisé ou généraliste), des stages pour mettre un pied dans le monde professionnel et des concours pour une émulation constante des étudiants.

Chaque année, plus d’un millier de stylistes sortent diplômés mais n’oublions pas que la mode ne se résume pas aux figures emblématiques que sont les stylistes – pour qui il y a peu de place- au contraire du modélisme qui souffre d’une pénurie de professionnels. L’avenir appartient aujourd’hui à ceux qui sont capables de se diriger vers des filières déficitaires, voire répondre à l’évolution des métiers et à l’émergence de nouveaux besoins.


Ecscp (privé)

Ecole de la Chambre Syndicale de la Couture Parisienne (cliquez sur la photo)
L'Ecole de la Chambre Syndicale de la Couture Parisienne souhaite transmettre un savoir faire de haute qualité

L’Ecole de la Chambre Syndicale de la Couture Parisienne a été créée en 1927, par des professionnels de la mode, désireux de transmettre un savoir faire de haute qualité. Elle forme des grands couturiers, des stylistes modélistes, dont la maîtrise de la technique et le savoir faire sont largement appréciés par les professionnels. L’école dépend de la Chambre Syndicale de la Couture, et, de ce fait est en constante relation avec les plus grandes maisons de Haute Couture. Chaque année l’Ecscp participe à des concours (dont le concours international des jeunes créateurs), et organise un défilé de fin d'année, très médiatisé.

Formation: stylisme/modélisme.
Durée des études: 4 ans.
Stages: 1 à 2 mois en deuxième année.
Contenu de la formation: 30 heures hebdomadaires.
Equipement: 20 postes informatiques (logiciels Prostyle, Lectra Système), machines à coudre, bibliothèque, tissuthèque…
Frais de scolarité: 8 470 € par an pour les pays de l'UE, 10 100 € par an pour les pays hors UE.
Admission: 18 ans minimum et titulaire d’un Baccalauréat ou d’un diplôme équivalent. Condition d’admission sur entretien et évaluation des aptitudes du candidat à la création…
Anciens élèves: André COURREGES, Dominique SIROP, Issey MIYAKE, Jean-Louis SCHERRER, Jérôme L’HUILLIER, Olivier LAPIDUS, Nicolas LE CAUCHOIS, Stéphane ROLLAND, Gilles ROSIER, VALENTINO, Yves SAINT LAURENT…

Informations pratiques
Ecscp, 45, rue Saint Roch, 75001 Paris. Tél: 01.42.61.00.77.
Email: ecole@modeaparis.com
Site: http://www.modeaparis.com/vf/ecoles


Atelier Chardon Savard (privé)

Atelier Chardon Savard
L'Atelier Chardon Savard propose une formation très créative

Le terme d’« atelier » volontairement employé, plutôt que celui d’ « école » nous informe d’une démarche qui se veut créative. L’atelier considère que la mode est un art appliqué, et de ce fait évolue en fonction de certaines réalités, industrielles, technologiques et commerciales. Le développement de la personnalité y est important mais nécessite néanmoins un certain investissement de la part des élèves.

Formation:
L’Atelier Chardon Savard est agréé par le Ministère de l’Education Nationale, Niveau III. Stylisme- modélisme.
Durée des études: 3 ans.
Contenu de la formation: 26 heures hebdomadaires en première année, 28 heures hebdomadaires pour les deux années suivantes. À partir de septembre 2008, deux nouveaux cursus:
- Une formation "accessoires de mode" en un an qui exige une équivalence d'un ou deux ans de stylisme/modélisme.
- Une formation "créateur de mode" en un an dont la condition est l'obtention d'un niveau III en stylisme/modélisme.
Equipement: 12 postes informatiques (logiciels Photoshop, Illustrator, Painter, Xpress), une quarantaine de machines à coudre industrielles, 12 machines à tricoter électroniques, bibliothèque, tissuthèque…
Stages: 140 heures en première année, 280 heures en deuxième année, 400 heures en troisième année.
Frais de scolarité: 6 900 € par an.
Admission: 17 ans minimum et titulaire d’un Baccalauréat ou à titre exceptionnel d’un diplôme équivalent. Condition d’admission sur entretien et présentation d’un dossier personnel de travaux.

Informations pratiques:
Atelier Chardon Savard, 15 rue Gambey, 75011 Paris. Tél: 01.43.14.02.22.
E-mail: info@acs-paris.com
Site: http://www.atelier-chardon-savard.com/


Studio Berçot (privé)

Studio Berçot (cliquez sur la photo)
Cette école bénéficie d'une grande notoriété et cultive pourtant une certaine discrétion

Le Studio Berçot a été créé dans les années 40/ 50, par Suzanne Berçot, illustratrice de mode. Pas de portes ouvertes, pas de stand au Salon des Formations Artistiques, peu de publicité… Lorsque l’on intègre cette école, c’est par réelle motivation et démarche personnelle. Et l’on en ressort avec une excellente formation de stylisme, basée sur l’esthétisme et la technique. L’école organise de nombreux défilés à Paris auxquels participent les élèves.

Formation:
Le Studio Berçot est agréé par le rectorat de Paris. Certificat en stylisme
Durée des études: 2 ans.
Stages: une troisième année est possible, elle est facultative et non payante, et destinée aux stages en entreprise.
Contenu de la formation: 30 heures hebdomadaires.
Equipement: 17 machines à coudre, 6 machines à tricoter, 10 postes informatiques (logiciel Photoshop).
Frais de scolarité: 8 500 € par an.
Admission: 18 ans minimum, niveau Baccalauréat souhaité, entretien personnel, dossier de pré-inscription comprenant un questionnaire.
Anciens élèves: Martine SITBON, Lolita LEMPICKA, Stella CADENTE, Isabelle BALLU, Isabelle MARANT, Laurent MERCIER, EROTOKRITOS, Karine ARABIAN…

Informations pratiques:
Studio Berçot, 29, rue des Petites Ecuries, 75010 Paris. Tél: 01.42.46.15.55.
E-mail: studiobercot@orange.fr
Site: http://www.studio-bercot.com/


Lisaa (privé)

Lisaa (cliquez sur la photo)
Lisaa forme des professionnels de la mode et du textile, capables d'intégrer des entreprises de ce secteur

L’Institut Supérieur des Arts Appliqués propose des formations liées aux Arts Appliqués, telles que : graphisme, architecture-design, 3D animation, et mode. Lisaa a pour but de former des professionnels de la mode et du textile, capables d’intégrer rapidement des entreprises de ce secteur. Ici création et passion riment avec technique et exigence. La création est un mot clé, la profusion d’idée est nourrie par un environnement d’enseignants compétents. L’école participe à des concours et organise des défilés: promotion des jeunes créateurs, comité Colbert, concours Onward et Mizuno (Japon), concours des écoles de mode au salon de l’Etudiant (Paris), concours international des jeunes créateurs du Festival d’Hyères et de Dinard.

Formation:

Lisaa est :

           agrée par le rectorat de Paris, le diplôme est homologué par l’Etat Niveau III.

            Reconnu par le Ministère de Culture et de la communication

Diplôme: stylisme modélisme, ou stylisme design textile.

Durée des études: 3 ans dont une année préparatoire et deux ans de cycle supérieur,

Une année post-diplôme est facultative : 3e cycle « Créateur » .
Stages: Tous les ans pendant les vacances scolaires + 1 stage obligatoire entre juillet et décembre après l’obtention du diplôme.
Contenu de la formation: 27 heures hebdomadaires.
Equipement:

30 postes informatiques (logiciels Xpress, Photoshop, Illustrator), 50 machines à coudre, 50 buste, atelier de sérigraphie…
Frais de scolarité:

année préparatoire : 5 850 €, cycle supérieur : 7 120 €,

Admission:

année préparatoire :

17 ans minimum-26 ans maximum, niveau terminale de l’enseignement secondaire ou équivalent, entretien.

Cycle supérieur :

formation artistique, entretien, présentation de dossier de travaux personnels, bulletins scolaires, lettre de motivation manuscrite, CV.


Informations pratiques:

Lisaa,
55 rue du Cherche-Midi 75006 Paris. Tél: 01.47.07.17.07. 
E-mail:
info@lisaa.com ;

Directrice pédagogique : Nadia Le Gendre n.legendre@lisaa
Site:
http://www.lisaa.com/


Esmod (privé)

Esmod (cliquez sur la photo)
Esmod veut transmettre un enseignement de qualité afin de former des professionnels compétents à un niveau international

Esmod fut la première école de mode en France, créée en 1841 par l’inventeur du « buste-mannequin » et du « centimètre souple », Alexis Lavigne, tailleur amazonnier de l’impératrice Eugénie. Esmod a pour philosophie de vouloir transmettre un enseignement de qualité, afin de former des professionnels compétents, à un niveau international. Créativité, autonomie et ouverture d’esprit sont des mots clés dans cet apprentissage. L’école tente d’adapter ses programmes à l’actualité, afin de répondre aux besoins du marché de l’emploi. Esmod International possède un vaste réseau en France et à travers le monde. On pourrait cependant reprocher à cette école réputée, reconnue par les professionnels, de former des élèves de manière un peu trop « massive », du fait de son grand nombre d’inscription et d’écoles.

Formation:
Les titres sont homologués par l’Etat, niveau III.
Formation générale: stylisme & modélisme, spécialisation en 3ème année: homme, femme, enfant, nouvelle couture, lingerie, maille, création scénique, accessoires.
Depuis octobre 2007, ESMOD Paris a mis en place un Master en Modélisme Créatif qui s’adresse aux étudiants de toutes nationalités après 3 années de modélisme ou stylisme.
Durée des études: 3 ans.
Stages: de 3 à 4 semaines en deuxième année, 6 mois maximum en troisième année.
Contenu de la formation: 25 heures hebdomadaires.
Equipement (à Paris): 50 postes informatiques (logiciels Illustrator, Photoshop, Lectra Système), machines à coudre, bibliothèque, tissuthèque…
Frais de scolarité: 9 250 euros.
Admission: 17 ans minimum, et titulaire d’un Baccalauréat ou d’un diplôme équivalent. Condition d’admission, sur entretien et test d’évaluation.
Anciens élèves: Franck Sorbier, Christophe Decarnin (DA chez Balmain), Rose-Marie Rodriguez (DA chez Mugler), Thierry Mugler, Jérôme Dreyfus, Catherine Malandrino, Dominique Morlotti, Sophie Sitbon.

Informations pratiques:
Esmod, 12, rue de La Rochefoucauld, 75009 Paris. Tél: 01.44.83.81.50.
E-mail: paris@esmod.com
Site: http://www.esmod.com


Ifm (privé)

L'Institut Français de la Mode (cliquez sur la photo)
L'Institut Français de la Mode dispense depuis 2000 une formation de création de mode

L’Institut Français de la Mode a été créé en 1986, et est connu pour ses formations de management en mode. Il dispense depuis 2000 une formation de création de mode. L’établissement comprend deux grands pôles d’activités : le pôle Formation et Recherche -un cycle de spécialisation en management du textile et de la mode, et un cycle international de création de mode- et le pôle Etudes et Conjoncture -mission à la fois d’analyse des marchés internationaux, et de conseil auprès des entreprises et des institutions publiques et professionnelles.

Formations:
Programme Postgraduate de Management Mode et Design
L'IFM est membre correspondant de la Conférence des grandes écoles. 
Durée des études: 16 mois.
Stages: 3 mois minimum.
Contenu de la formation: 35 heures hebdomadaires.
Equipement: 20 postes informatiques (logiciels Excel, Powerpoint, Lectra Système) bibliothèque, tissuthèque, borne wi-fi…
Frais de scolarité: 9 500 € pour le programme. Possibilité d'obtenir une bourse partielle ou totale.
Admission: Bac + 4/5 ou bac + 3 avec 2 ans minimum d’expérience professionnelle, dossier et entretien.

Programme Postgraduate de Création de Mode
Il s'agit d'un programme international, les cours sont dispensés en anglais. Les étrangers recevront des cours de français.
Durée des études: 15 mois.
Stages: 3 mois.
Contenu de la formation: 31 heures hebdomadaires.
Equipement: 15 postes informatiques, bibliothèque, tissuthèque...
Frais de scolarité: 9 500 € pour le programme.
Admission: Bac + 4, bac + 5, ou bac + 3 et expérience professionnelle significative de 1 à 2 ans minimum en studio de création, portfolio, réalisation d'un vêtement créatif sur un thème imposé et d'une vidéo présentant l'univers créatif du designer, entretien téléphonique avec les membres du jury.
Bourses (propres à l'établissement): les étudiants des deux programmes, peuvent recevoir une bourse d’étude, s’ils en justifient la nécessité. Elles sont délivrées par des entreprises mécènes du Cercle IFM, créé en 1994 dans le but d’aider les étudiants à financer leurs études.
Anciens élèves: Sadaharu HOSHINO, Stéphanie COUDERT, Nathalie BRILLI, Esther PERBANDT, Fridtjof LINDE, Cristof BEAUFAYS, Pablo COPPOLA, Guillaume HENRY, Daniel LEDERMANN...

Informations pratiques:
Ifm, 36, quai d'Austerlitz, 75013 Paris. Tél: 01.70.38.89.89.
E-mail managemement: admissionmanagement@ifm-paris.com
E-mail création: creation@ifm-paris.com
Site: http://www.ifm-paris.com


Mod'Art International (privé)

Créations élèves Mod'Art
Fondé en 1984, Mod'Art International forme aux carrières de la mode à travers différents départements

Fondé en 1984, Mod’Art International, l’Institut International Privé des Arts et de la Mode, forme aux carrières de la mode à travers différents départements.

Formation proposée:
Nom du département: Mod'Art Création de mode (en stylisme, modélisme & accessoires de mode).
Durée des études:  4 ans avec l'obtention d'un diplôme universitaire en création et production de l'université française et de l’université britannique : le Bachelor (Hons) in Fashion Design.
Contenu de la formation: selon la formation choisie de 600 h à 800 h par an. D’un contenu pédagogique très créatif, l’objectif est de former des jeunes talents par un programme anglophone à répondre aux exigences des professionnels, soucieux de veiller à l’harmonie «créativité et production ».
Admission: dossier + entretien. Bac minimum obligatoire (système de classe unique).

Formation proposée:
Nom du département: Management de la Mode, plusieurs formations aux carrières de l’industrie de la mode, du luxe et du textile-habillement, de l’acheteur au chef de produit. Des formations phares, du Bac au Bac+ 5 qui offrent un enseignement intensif et s’articulent autour de 4 modules : Mode, Langue, Gestion-Management et Mercatique. L’étude des langues est renforcée (obtention du TOEFL ou IELTS pour l’anglais et de l’examen de la Chambre de Commerce pour l’italien). L’expérience professionnelle est mise en avant grâce aux stages.
Deux MBA diplômant Bac+5 d'Université française sont proposés : le MBA specialized in Luxury Goods & Fashion Industries (programme anglophone) et sa version francophone.
Admission:  après le Baccalauréat, Bac+2, Bac+3 et Bac+4.

Informations pratiques
Ecole Mod'Art, 1, rue Bouvier. 75011 Paris. Tel: 01.58.39.36.70
E-mail: mod-art@wanadoo.fr ; contact@mod-art.org
Site: http://www.mod-art.org


Esaa-Duperré (public)

C'est une des rares écoles publiques dans Paris qui propose des formations liées à la mode de niveau III

L’Ecole Supérieure des Arts Appliqués Duperré a été créée en 1856. C’est une des rares écoles publiques dans Paris qui propose des formations liées à la mode de niveau III. Elle offre également des formations de niveau II. Duperré est certainement l’école qui a la meilleure réputation dans le système scolaire cependant elle n’est pas toujours aussi reconnue dans le milieu professionnel. Elle offre une formation très artistique mais peu technique. Elle participe à de nombreux concours et permet de faire des échanges au niveau européen et mondial.

Formations:
Licence professionnelle design de mode, Diplôme de niveau II.
Durée des études: 1 an.
Contenu de la formation: 420 heures annuelles.
Admission: il faut être titulaire d'un diplôme de niveau III des arts appliqués (bts design de mode et environnement, dma textile) ou être issu d'une formation artistique ou marketing universitaire.  Dossier de candidature à téléimprimer et à renvoyer avant le 15 mars.

BTS design de mode et environnement, Diplôme de niveau III option A : mode, ou option B: textile- matériaux-surface.
Durée des études: 2 ans.
Contenu de la formation: 32 heures hebdomadaires.
Admission: il faut être diplômé au niveau IV des arts appliqués (bac. sti arts appliqués, bt du domaine etc..) ou avoir suivi la mise à niveau en arts appliqués (mànaa). Retirer début février un dossier de candidature, examen du dossier scolaire et entretien avec le candidat.

DMA, option textile. Diplôme de niveau III. Spécialités: broderie, tapisserie, tissage.
Durée des études: 2 ans.
Contenu de la formation: 33 heures hebdomadaires.
Admission: il faut être diplômé au niveau IV des arts appliqués (bac. sti arts appliqués, bt du domaine, etc.) ou avoir suivi la mise à niveau en arts appliqués (mànaa). Retirer début février un dossier de candidature, examen du dossier scolaire et entretien avec le candidat.

DSAA mode et environnement.
Diplôme de niveau II.
Durée des études: 2 ans.
Contenu de la formation: 27 heures hebdomadaires.
Admission: il faut être diplômé au niveau III des arts appliqués. Retirer début février un dossier de candidature, examen du dossier scolaire et entretien avec le candidat.

Informations pratiques
Esaa-Duperré, 11, rue Dupetit- Thouars, 75003 Paris. Tél: 01.42.78.59.09. 
E-mail: direction@duperre.org
Site: http://www.duperre.org/


Ensad (public)

Ensad (cliquez sur la photo)
L'Ensad est une des plus prestigieuses écoles d'art publique

L’Ecole nationale supérieure des arts décoratifs a pour origine l’Ecole Royale Gratuite, créé en 1766. Depuis elle a évolué. C’est au début des années 1970 que les départements du textile et du vêtement ont vu le jour. L’Ensad est une des plus prestigieuses écoles d’art publique. La première année de formation est commune, c’est en deuxième année que l’on choisi sa spécialité : animation, architecture d’intérieure, art espace, design graphique/multimédia, design industriel, image imprimée, mobilier, photographie, scénographie, textile, vêtement, vidéo.

Formation: diplôme de l’Ecole nationale supérieure des arts décoratifs, (Ensad), 10 secteurs de spécialisation dont vêtement ou textile. Diplôme d’Etat de l’Ensad, certifié au titre 1 de créateur-concepteur en arts décoratifs (10 secteurs : Architecture intérieure, Art-espace, Cinéma d’animation, Design objet, Design graphique/multimedia, Image-imprimée, Photographie/vidéo, Scénographie, Textile et Vêtement).
Durée des études: 5 ans.
Stages: 3 à 6 mois en 4ème année.
Frais: Scolarité annuelle : 342 euros et sécurité sociale étudiant : 195 euros.

Admission 2006/2007: l’entrée à l’Ensad se fait par concours en 1ère année, 2ème année et 4ème année. Le concours d'entrée en 1ère année se fait en 2 étapes, la première étant l'admissibilité avec un sujet donné sur le site internet de l'Ensad à réaliser à domicile suivit d'un entretien à l'oral et de la présentation d'un dossier de travaux personnels pour les candidats retenus. L'admission comprend une épreuve de création suivie d'un oral et d'une épreuve de connaissance générale. La pré-selection pour l'entrée en 2ème et 4ème année se fait par la présentation d'un dossier artistique. Les candidats sélectionnés passent un entretien avec un jury d'enseignants sur la base du dossier artistique. Les candidats ne peuvent s'inscrire qu'à un seul de ces concours à la fois. Aucun candidat ne peut se présenter plus de trois fois.
Anciens élèves: Marc LE BIHAN, Jean Paul GOUDE

Informations pratiques
Ensad, 31, rue d’Ulm, 75240 Paris cedex 05. Tél: 01.42.34.97.00.
Site: http://www.ensad.fr/accueil.htm


Université de la mode (public)

Université de la mode
L'Université Lumière Lyon II propose des formations liées à la mode

L’Université Lumière Lyon II est la seule université qui propose des formations liées à la mode. Créée vers la fin des années 80, elle forme des étudiants généralement déjà titulaires de diplômes post-bac. On y développe une réflexion sur les phénomènes de mode, de création, afin de mieux les comprendre, les évaluer et les gérer. Ici on ne se limite pas uniquement à la mode vestimentaire.

Formations3 diplômes proposés.
Master II Professionnel Mode & Création, Bac + 5.
Durée: 1 an.
Contenu de la formation: 500 heures annuelles et 3 mois de stage minimum en France ou à l'étranger.
Admission: cette formation s’adresse aux étudiants en fin de formation initiale, titulaires d’une maîtrise ou équivalent, d’un diplôme d’IEP, d’ingénieur, d’école de commerce, ou autres et dans le cadre de la formation continue, à des professionnels. La sélection se fait sur dossier et entretien. Effectif de 30 étudiants.

Diplôme Universitaire d’Etudes et Recherches sur la Mode(DUERM), Bac +4.
Durée: 1 an.
Contenu de la formation: 180 heures annuelles et 9 mois de stage maximum.
Admission: cette formation s’adresse aux étudiants en fin de formation initiale, titulaires d’un bac + 3. Dans le cadre de la formation continue, à des professionnels. La sélection se fait sur dossier et entretien. Effectif de 30 étudiants.

Licence professionnelle Habillement, Mode et Textile (LPHMT), Bac +3, option coloriste infographiste ou modéliste industriel
Durée: 1 an.
Contenu de la formation: 560 heures annuelles et stage en entreprise de 8 mois.
Admission: BTS mode. Sélection des candidats sur dossier, test d'aptitude et entretien

Informations pratiques
L'université de la mode, 86, rue Pasteur, 69365 Lyon Cedex 07.
Tél: 04.78.69.73.14.
E-mail: nadia.delli@univ-lyon2.fr
Site: http://www.universite-mode.org/


Greta de la mode (cours payants)

Lycée professionnel Victor Lepine, Caen (cliquez sur la photo)
Le Greta propose des formations aux demandeurs d'emploi, individuels et salariés en congé individuel de formation...

Le Greta propose des formations aux demandeurs d’emploi, individuels et salariés en congé individuel de formation, ou dans le cadre du plan de formation entreprise. Les cours se déroulent dans des lycées professionnels et sont payants.

Ils préparent, entre autres, au CAP Prêt-à-Porter, Formation sur Lectra Modaris Expert, Modélisme Vêtement, Patronnage et Gradation, Responsable de collection, Bac Pro Art et métier d'arts créateur de vêtements, Broderie d'art Main, Modiste et Chapelier, atelier couture, atelier bijoux, atelier sacs, conseiller en image personnelle, soins esthétiques ongles et corps (que pour les titulaires du CAP esthétique) mais aussi à de nouvelles formations.

Informations pratiques
GRETA DE LA MODE (cours privés). Tél. : 01.47.00.12.48. Fax : 01.47.00.45.15.
Email: greta.mode@wanadoo.fr
Site: http://gretadelamodeparis.fr


Les écoles étrangères

Il existe cependant d'autres établissements, hors hexagone, qui sont eux aussi réputés

Nous avons en France des écoles de mode, connues à l’étranger et reconnues par les professionnels. Il existe d’autres établissements, hors hexagone, qui sont eux aussi réputés. Il peut être très intéressant d’aller étudier à l’étranger, pour apprendre une nouvelle langue mais aussi pour découvrir une nouvelle culture et une approche différente de la mode.

Angleterre
Saint Martins College of Art and Design
Southampton row. WC1B4AP London
Tél: (00 44) 207.51.47.022.
http://www.csm.arts.ac.uk/

Royal College of Art (RCA)
Darwin Building, Kensington Gore. SW72EU London
Tél: (00 44) 207.590.44.44.
http://www.rca.ac.uk/

Etats-Unis
Fashion Institute of Technology (FIT) New York
Seventh Avenue at 27th Street. New York, NY 10001-5992
Tél: (001) 212.217.79.99.
http://www.uscollegesearch.org/fashion-institute-of-technology.html

Parsons School of Design New York
66 Fifth Avenue. New York, NY 10011
Tél: (001) 212.229.89.10.
http://www.parsons.newschool.edu/

Belgique
Académie Royale des Beaux-Arts d'Anvers
Mutsaertstraat. 31.2000 Antwerpen
Tél: (00 32) 232.41.61. ou 231.41.86.

Ecole Nationale Supérieure des Arts Visuels de la Cambre
21, rue de l'Abbaye de la Cambre. 21.1050 Bruxelles
Tél: (00 32) 2.648.96.19.
http://www.lacambre.be/site/

Japon
Bunka Fashion College,
3-22-1, Yoyogi, Shibuya-Ku. Tokyo
Tél: (00 81) 3.299.22.11.
http://www.bunka-fc.ac.jp/

Italie
Domus Academy
Via Savona 97. 20144 Milano
Tél: (00 39) 62.42.41.40.01.
http://www.domusacademy.com/


Le financement

L'inscription dans les écoles de mode coûte souvent très cher. Un financement extérieur peut être nécessaire

Inscription
Pour les écoles privées, le montant annuel varie entre 4.000 € et 9.000 €. Il faut généralement verser une pré-inscription avant la rentrée scolaire. Ensuite il peut y avoir entre deux et trois versements, durant l’année. Ce montant varie selon la formation que l’on suit, si elle est simple (stylisme), ou double (stylisme et modélisme). Il peut également varier selon si l’on est étudiant issue de l’UE ou hors UE.

Fournitures
Que l’on soit dans une école privée ou publique, les fournitures sont très onéreuses. Dans quelques écoles, certaines sont fournies, mais généralement elles sont aux frais de l’étudiant. Il y a les fournitures de dessin (papier Canson, papier Layout, calques, feutres, aquarelles, acryliques, pinceaux,  crayons de couleur…) et les fournitures de couture (aiguilles, épingles, ciseaux, réglets, ruban métrique, fils et surtout le tissu, qui est une des plus grandes dépenses). Les enseignants demandent souvent aux élèves de se tenir au courant des tendances, ils doivent pour cela acheter des magazines de mode et de design.

Prêts étudiants
Pour pouvoir faire face à ces dépenses, lorsque l’on ne bénéficie pas de ressources personnelles ou familiales, on peu faire appel aux banques. Mais là encore, il faut répondre à certains critères. Les banques proposent des prêts étudiants, ceux-ci ont les taux les plus attractifs, mais ne permettent pas toujours d’emprunter suffisamment pour couvrir la totalité des dépenses. Pour trouver le prêt qui convient le mieux, il ne faut pas hésiter à comparer ce que chaque banque propose. Pour obtenir un prêt, il faut avant tout constituer un dossier, qui doit comprendre le montant à emprunter, le nombre d’année d’études, un certificat d’étude, attestant que l’on a bien le statut d’étudiant, et la caution.

Bourses
Il existe plusieurs sortes de bourses, il y a les bourses sur critères sociaux et les bourses de mérite.

Bourses sur critères sociaux
Elles sont versées par le CROUS, et sont destinées aux étudiants de l’enseignement supérieur, qui sans elles ne pourraient pas poursuivre leurs études en raison de leur situation sociale. Pour en bénéficier il faut répondre à plusieurs critères :
Nationalité: Il faut être de nationalité Française, cependant certaines dérogations peuvent être acceptées.
Age: Pour la première demande l’étudiant doit avoir moins de 26 ans, au premier octobre de l’année universitaire.
Diplôme: Le candidat doit obtenir un Baccalauréat ou un diplôme équivalent.
Etablissement public: Les bourses sont attribuées uniquement aux étudiants en formation initiale, à temps plein, dans un établissement public, et dans une formation habilitée à recevoir des boursiers par le ministère chargé de l'enseignement supérieur. Pour demander les bourses sur critères sociaux, il faut constituer une demande de Dossier social étudiant, entre le 15 janvier et le 30 avril par minitel ou par Internet.

Bourses de mérite
Elles ne sont pas distribuées par l’Etat mais par des organismes privés, qui agissent comme « mécènes » auprès des étudiants. Il faut répondre à des attentes bien précises : situation financière qui nécessite une aide, résultats scolaires honorables et assiduité, motivation personnelle. Ces bourses sont assez difficiles à obtenir. Il en existe une en particulier, la Fondation Vallet, qui agit sous l’égide de la Fondation de France, et qui a pour vocation d’aider les jeunes défavorisés, inscrits dans les écoles d’Art ou des lycées professionnels et technologiques option métiers d’Art.


Des métiers et des hommes

Pour exister la haute couture a besoin de couturières, patronnières, brodeuses, dentellières, plumassières, modistes...

Comme le précise, d'ailleurs, un grand couturier "une maison de couture, c'est une hiérarchie de tâches et une discipline très stricte avec au sommet de la pyramide le créateur". Car la haute couture est une affaire de perfection.

Lorsque le créateur a choisi les croquis des modèles qui vont être à réaliser, les ateliers, avec la modiste, confectionnent ces modèles dans une toile écrue pour en faire le patron. Les tissus, choisis par le couturier, sont ensuite coupés, assemblés, surfilés, avant d'être cousus et repassés par les petites mains. Jusqu'au dernier essayage sur le mannequin vivant, chaque modèle peut encore être modifié: il suffit d'un mot du créateur à sa première d'atelier.

Le prêt-à-porter requiert, lui aussi, du personnel qualifié, mais, à la différence de la haute couture, certains métiers exigent en plus d'autres compétences. En effet par exemple, le dessin du prêt-à-porter ne se limite pas à une pure création, il doit prendre en compte la réalité, les tendances de la mode, la gamme de prix, les impératifs de production et les perspectives de vente.

A comme
L'attaché de presse peut exercer en tant que salarié, chez un grand couturier, un créateur de mode ou pour une marque de prêt-à-porter, mais il peut, également, pratiquer en free-lance, seul ou au sein d'une agence de communication. Son rôle : capter l'attention des journalistes en présentant un dossier de presse qui rappelle l'historique du client et résume l'esprit de la collection en cours, avec des photos à l'appui et désormais des CD Rom. Le temps fort de son activité se situe dans l'organisation des défilés : rédaction du programme, recensement des invités et envoi des cartons d'invitation...

B comme
Booker: c'est la personne chargée des "planning", des "shooting" et des contrats des mannequins...

Brodeur. La broderie est l'un des plus anciens des arts décoratifs, pratiquée depuis plusieurs centaines d'années avant notre ère. A partir du XVIe siècle, la broderie est liée à l'histoire du vêtement masculin et féminin, alors qu'à partir du XIXe siècle, elle ornera les tenues féminines. Deux techniques se perpétuent à travers les siècles: la broderie main, pour la haute couture ou le prêt-à-porter couture, et les broderies mécaniques, qui sont réalisées, pour la plupart, dans la région de Saint Quentin et de Lyon. 

Avec la naissance de la haute couture (Charles Frédéric Worth en 1858), la broderie sert l'art. L'atelier d'Albert Michonet réalise des travaux de broderie sous Napoléon III et pour la haute couture parisienne jusqu'en 1924, date à laquelle Albert Lesage devient propriétaire de la maison de broderie de haute couture dont il assurera la direction jusqu'en 1949 avec son épouse. En 1949, François Lesage assure la continuité. Au début des années 50, il partage avec ses confrères les broderies des nouveaux grands : Dior, Balmain, Balenciaga. A cette époque, il innove avec de nouveaux matériaux : rhodoïds, paillettes de paille, rubans rococo. Entre 1955 et 1958, l'univers de la broderie est bouleversé... les grandes techniques sont abandonnées au profit de créations plus spontanées. La maison Lesage englobe quatre activités: le travail pour la haute couture et le prêt-à-porter, la collection d'accessoires et l'école de broderie.

Bureau de style. Pour anticiper les prochaines tendances, les envies et les attentes des consommateurs de demain, il faut s'adresser aux bureaux de style, souvent méconnus du grand public, lesquels, à longueur d'année, traquent les innovations. Plusieurs bureaux occupent la place (Carlin, Dominique Peclers, Nelly Rody, Promostyle...). Ils ont pour mission de détecter au moins deux ans à l'avance les tendances du prêt-à-porter et de publier un cahier de tendances (matières, couleurs, coupes...).

Le bureau de style parisien Carlin a construit, depuis les années 80, sa renommée sur ce secteur. Comme nous l'explique Bengt Jacobsson, responsable du style, "le rôle des chasseurs consiste à "débusquer" les tendances, environ deux ans à l'avance". Pour ce faire, des hommes et des femmes sont implantés, par le biais des filiales et agents, dans 19 pays afin d'être au coeur même des marchés pour les adapter aux particularités locales et spécifiques. L'équipe, composée de stylistes et de créatifs, procède à des expertises sur le style (les couleurs, les matières, les imprimés, les motifs, les ambiances), sur les grands courants sociaux, esthétiques, artistiques et économiques, en vue de détecter les signes annonciateurs de la mode de demain, qui naîtra de cette écoute permanente des aspirations des marchés. Résultat : la naissance des fameux cahiers de tendances dont l'analyse du présent donne des indications sur l'avenir. Ce cahier constitue une "bible" précieuse. Ces tendances, une fois pressenties, permettent de créer ces cahiers (de 18 à 24 mois à l'avance), qui sont vendus aux membres de la filière textile-habillement. Ces cahiers, déclinés en différents thèmes, sortant 12 à 18 mois à l'avance, s'adressent à tous les secteurs de création et de production (homme, femme, enfant) mais également beauté et décoration... Les bureaux de style proposent, en dehors de l'activité Style, d'autres services, comme par exemple, chez Carlin : la Communication, qui consiste à travailler sur contrat avec des clients du monde entier. "Le bureau crée aussi des collections personnalisées à la demande des clients, en évaluant les besoins et les attentes des consommateurs, ce diagnostic est établi en vue de la vente d'un produit avec, bien évidemment, la mise en valeur de ce produit" rajoute Bengt Jacobsson.

C comme
Cabine: terme désignant l'ensemble des mannequins d'un créateur ou d'un couturier pour un défilé.

Collections: depuis les années 30, c'est la "messe" bi-annuelle pendant laquelle se fait la présentation des vêtements haute couture sur des mannequins, selon des règles strictes édictées par la chambre syndicale de la profession. Par extension, ce terme désigne également les défilés de prêt-à-porter des créateurs.

Composite: c'est la carte de visite, illustrée, des mannequins à la recherche d'un travail. Elle se compose de photos du visage et mentionne les mensurations.

Couturier: confectionne des collections haute couture. Il donne éventuellement son nom à la maison qu'il dirige.

Couturière. Hier, elle travaillait uniquement pour les tailleurs masculins, puis s'est consacrée à l'habillage des femmes. Vestiges d'un monde en voie de disparition, quelques unes survivent encore... aujourd'hui, c'est une perle rare. Qu'elle travaille à son compte ou en qualité de salariée dans un atelier de création ou de retouche ou dans une maison de haute couture, pour parvenir à un travail soigné, la couturière doit respecter les mêmes étapes que le tailleur: choix du modèle, prise de mesures, fabrication de la toile, réglage des mesures, coupe des tissus et des doublures, assemblage. La couturière passe ensuite aux essayages avant de coudre définitivement le vêtement. Elle procéde aussi aux opérations de finitions avant le repassage.

Créateur d'accessoires. L'accessoire en fait est devenu indispensable dans l'industrie de la mode.

Créateur de mode. Il élabore des collections pour le prêt-à-porter de luxe et de marque. Une fois dessinés les modèles pour le défilé, les prototypes sont réalisés en atelier par les modélistes. A l'inverse de la haute couture, la fabrication des modèles de prêt-à-porter est prise en charge par un façonnier. Les défilés de prêt-à-porter ont lieu deux fois par an, comme la haute couture, mais à des dates différentes. Les collections automne-hiver sont présentées en février et les collections printemps-été en octobre.

Créateur haute couture. C'est à lui qu'incombe la tâche d'élaborer une collection, de définir une tendance et un style. La haute couture reflète l'inspiration toute personnelle de son créateur. A cette fin, il propose une série de croquis qui serviront de base aux ateliers pour réaliser les "toiles". Bien que certains créateurs talentueux se passent de dessins et coupent directement dans le tissu. Le créateur supervise le suivi technique de la fabrication et peut apporter des modifications au cours des essayages. Il coordonne l'ensemble de la collection et contrôle l'organisation des défilés de mode. Le couturier travaille entouré d'une équipe de modélistes, un directeur de la haute couture, un directeur artistique et un assistant. La collection est présentée à la presse, aux clients et aux acheteurs potentiels lors des défilés : ce n'est qu'après que les prototypes sont fabriqués à la demande et aux mesures de la cliente.

D comme
Défilés: du Carroussel du Louvre, haut lieu de la mode institutionnelle, aux lieux les plus insolites une dizaine de défilés se succèdent tous les jours, pendant deux semaines, et ceci deux fois par an, l'été et l'hiver à Paris. Les journalistes recoivent des "invite", classiques ou plus insolites, l'indispensable sésame pour être convié aux collections.

Dentellière: personne qui fabrique de la dentelle. La dentelle de Calais est issue d'un métier d'art qui demande l'action conjuguée de la machine et de la main (de nombreuses opérations font intervenir des compagnons aux compétences précises et au savoir-faire sans failles). L'esquisseur, par exemple, conçoit le dessin et le réalise sur le papier. Le dessinateur agrandit l'esquisse en y faisant figurer tous les mouvements de fils qui sont coloriés et numérotés pour chaque mouvement du métier. Le pointeur transcrit sur un barème chiffré la course de chaque fil. Le perceur de carton traduit ce langage chiffré sur des cartons qu'il perfore... les cartons sont placés sur le mécanisme à la manière d'un orgue de barbarie. L'ourdisseur enroule les fils de chaîne sur de gros rouleaux métalliques qui constituent la chaîne sur le métier. Le wheeleur monte les fils de trame sur les bobines. Le remonteur place chaque bobine dans les chariots tandis que le tulliste actionne le métier Leavers. La dentelle de Calais est née de l'association du métier Leavers et du procédé inventé par Jacquard qui permet la reproduction des dessins, même les plus compliqués, exécutés à la main. La dentelle française a conservé au cours des siècles une réputation prestigieuse. Sa confection est passée du métier manuel au métier mécanique en préservant sa qualité et son originalité.

Directeur artistique. Il gére et coordonne l'ensemble des différentes lignes de produits d'une même maison de couture (vêtements, accessoires, parfums...). Dans les grandes maisons, le directeur artistique peut être amené à manager des directeurs de studio, qui eux sont responsables d'un département.

F comme
Fashions: les fashions, qui constituent une tribu en avance sur leur temps, n'hésitent pas à "passer" d'un style à l'autre.

H comme
Haute couture: label auquel les couturiers sont soumis depuis 1945. Ce dernier répond à des règles très strictes.

J comme
Jeune créateur. Ce terme est désormais indissociable de la mode. Le jeune créateur est apparu au début des années 70, lorsque certains stylistes de prêt-à-porter ont atteint une notoriété proche de celle des couturiers.

M comme
Le mannequin est devenu presque aussi célèbre que le couturier. C'est un phénomène qui s'est développé tout au long des années 80 et 90. Les mannequins sont recrutés le plus souvent par les agences de mannequins et très rares sont ceux ou celles qui défileront sur les podiums pour les collections de haute couture ou de prêt-à-porter... La plupart d'entre eux poseront pour des magazines, des catalogues de vente par correspondance ou pour de la publicité.

Modéliste : concrétiser les dessins du styliste et matérialiser ses idées, telle est la mission de cet intermédiaire qui se situe entre la création et la fabrication. Pour exécuter un modèle, le modéliste utilise la technique du moulage en réalisant une toile, pour ce faire il habille un mannequin en coupant et en assemblant le tissu dans la recherche du volume; dans le même temps, il précise l'emplacement des découpes et des pinces, en règlant l'aplomb du vêtement. Puis, il établit un patron de base standard en se servant de l'informatique. Il peut être amené à proposer au styliste des modifications en fonction des contraintes techniques qu'il rencontre. Le patron est décliné en plusieurs tailles. L'ensemble donne naissance à une fiche technique qui passera en atelier pour la fabrication du modèle. Le modéliste travaille en bureau d'études dans une entreprise de prêt-à-porter ou de haute couture. Il peut exercer dans un bureau indépendant en travaillant pour une marque.

Modiste. C'est un créateur au sens artistique, qu'il faut distinguer du chapelier qui confectionne, quant à lui, des chapeaux classiques pour l'homme.

P comme
Patronnière. La patronnière-gradeuse doit, à partir d'un patron de base en taille standard, grader, c'est-à-dire, décliner le modèle en plusieurs tailles.

Plumassière : c'est un métier qui demande un savoir-faire, du goût et de la précision. Une bonne professionnelle doit pouvoir créer des modèles, reconnaître et choisir des plumes et maîtriser l'art de la teinture.

Première d'atelier. Elle travaille à partir des croquis et des informations techniques que lui donne le créateur. Elle doit interpréter l'idée du couturier d'après des croquis très imprécis, même parfois d'après une silhouette à peine ébauchée. La première d'atelier réalise le prototype (modèle), assure les essayages sur mannequins et procède aux retouches. Chargée de suivre toutes les étapes de la réalisation du vêtement, elle suit l'exécution des commandes jusqu'à la livraison. Elle doit, également, tenir son rôle pendant les défilés. A ses côtés de petites mains s'affairent: seconde d'atelier, première et seconde mains qualifiées, première et seconde mains débutantes).

Prêt-à-porter : confection de qualité qui se conjugue, désormais, en plusieurs syles : classique, façon styliste donc plus agressif et plus créatif et, enfin, de luxe.

R comme
Rédactrice de mode. Au moment des collections, les rédactrices assistent aux défilés pour rédiger, ensuite, des comptes rendus. Ces parutions sont attendues fébrilement tant par les créateurs que les acheteurs. Toute l'année, en dehors de la présentation des collections, les rédactrices se font l'écho des tendances de la saison en cours et à venir.

S comme
Styliste. Ce terme désigne tous les professionnels qui créent une collection dans une maison de haute couture ou de prêt-à-porter ou dans un atelier de confection, voire même dans une agence de style... A côté des grands noms de la haute couture, il existe des créateurs connus, ainsi qu'une multitude de jeunes stylistes qui excercent leur talent pour des sociétés, en dessinant et en créant des modèles... De leurs esquisses naissent les collections de demain. Le styliste choisit les matières premières, les couleurs et les impresions de la collection. Il suit la réalisation et participe à la présentation de la collection à la presse et aux acheteurs. Pour pénétrer ce métier, il faut faire preuve de persévérance, d'opiniâtreté mais il faut surtout trouver un soutien financier.

Styliste de presse. Les pages mode des magazines sont l'oeuvre d'une femme (car cette activité est le plus souvent féminine) laquelle en collaboration avec une équipe de photographes, maquilleurs, coiffeurs et mannequins choisit les vêtements et les accessoires en adéquation avec le thème retenu. Pour effectuer ce travail, les stylistes se font prêter des vêtements par les marques.

 

- Détails des métiers disponibles sous forme de fiches détaillées sur le site de France5.fr

cliquez ici